Une mobilité durable, accessible à tous, dans tous les territoires !

Il ne doit pas y avoir de transition écologique sans justice sociale

Nous faisons face à deux urgences : d’une part l’urgence écologique qui nous impose d’agir “en grand” pour faire face au changement climatique et à la perte de biodiversité, d’autre part l’urgence sociale qui nous pousse à répondre aux besoins de chacun, quel que soit son lieu de vie. Loin d’être indépendantes, ces urgences se conjuguent : il ne doit pas y avoir de transition écologique sans justice sociale. La mobilité est en cela un enjeu central. Les transports sont la première source d’émissions de gaz à effet de serre en France et contribuent à la détérioration de la qualité de l’air; ils sont aussi, au quotidien et pour beaucoup, source de dépenses importantes, de stress voire de renoncement à des besoins de base (travail, santé…).

Le Baromètre des mobilités du quotidien est né d’une ambition partagée entre Wimoov et la Fondation Nicolas Hulot : conjuguer l’accès à la mobilité pour chacun avec la réduction réelle des impacts environnementaux de nos déplacements au quotidien. Le Baromètre sera reconduit chaque année pour évaluer l’évolution des pratiques vers une mobilité à la fois accessible à tous, et réellement moins impactante pour l’environnement et la santé, et suivre la mise en œuvre de la loi d’orientation des mobilités à l’échelle des territoires, afin de contribuer à atteindre les objectifs fixés dans la loi. Si celle-ci offre des outils pour permettre le développement des alternatives et une inflexion vers des mobilités durables, ce Baromètre a été pensé pour pouvoir “challenger” les politiques publiques de mobilité et améliorer leur impact. Aux territoires et notamment aux communes de s’en saisir, non comme une fin en soi mais comme un tremplin pour faire plus et mieux afin de rendre les alternatives au tout-voiture accessibles partout et pour tous.

  • Aujourd’hui, en France, 12 millions de personnes rencontrent des difficultés quotidiennes pour se déplacer. 
  • 27% des Français en âge de travailler qui ont déjà renoncé à un emploi en raison d’une incapacité à pouvoir s’y rendre. 
  • La Mobilité représente 27% de l’empreinte carbone moyenne d’un Français.
    Cette empreinte doit être divisée par 9 en 30 ans si l’on veut maîtriser notre budget carbone et respecter les accords de Paris. 
  • Un des premiers contributeurs aux émissions du secteur des transports est la voiture individuelle : 16% des gaz à effet de serre de la France.

« Les alternatives à la voiture individuelle doivent devenir la priorité des plans et des investissements à venir. Etats, collectivités, citoyens, chacun à un rôle à jouer. En suivant année après année l’évolution des pratiques des Français, nous veillerons à ce que les objectifs de la LOM ne restent pas lettre morte. Alors que la campagne pour les élections municipales s’ouvre, nous appelons les candidats à se saisir pleinement de cet enjeu. »

Nicolas Hulot, président d’honneur de la FNH

« La mobilité est un enjeu environnemental mais également social. Aujourd’hui, en France, 12 millions de personnes rencontrent des difficultés quotidiennes pour se déplacer. Nous devons répondre à ces enjeux simultanément, par des solutions durables et inclusives : permettre d’accéder à une mobilité plus durable afin de moins polluer mais également de moins dépenser, sans exclure les plus modestes. La Loi d’orientation des mobilités a tenté d’y répondre. Les solutions existent, il faut aujourd’hui les déployer pour tous et dans tous les territoires, et accompagner aux changements de pratiques ».

Florence Gilbert, directrice générale de Wimoov